• Compte-rendu AG 2020

    Réunion du bureau de l’Association « pour un Zébu » du 15 octobre 2020

    La situation sanitaire ne permettant pas de réunir une Assemblée générale sous sa forme traditionnelle, il a été décidé que la réunion du bureau du 15 octobre en tiendrait lieu.

    Examen des comptes :

    Nous avons commencé par examiner le bilan financier de l’année 2019 qui avait été envoyé précédemment aux donateurs.

    Parmi les commentaires que nous avons reçus, les plus fréquents concernent l’augmentation des frais de timbres. Nous faisons traditionnellement 4 envois par an, reçus fiscaux début janvier, convocations à l’Assemblée Générale normalement en mars, à la suite de l’Assemblée, compte-rendu de l’AG et appels aux dons, puis au dernier trimestre, information sur les projets en cours, sur la vie de l’Association et divers points. La majorité de ces courriers est transmise par le biais de la Poste, alors que le prix du timbre va encore augmenter au 1er janvier 2021, nous envisageons d’utiliser au mieux les moyens informatiques (envoi par mail) comme évoqué dans la lettre de couverture.

    Pour répondre à une autre question qui nous a été posée, un tableau résume les recettes et les dépenses des 4 dernières années, avec un graphique qui précise l’utilisation des recettes depuis la création de l’association en 2007.

    N’ayant pas eu d’avis négatifs concernant ce bilan, nous le considérons comme approuvé à l’unanimité.

    Situation au Burkina

    La région Sud-Ouest du Burkina, où se situent les deux centres que nous aidons, est restée à l’abri des contaminations de la Covid 19. Un seul cas d’une personne ayant voyagé a été rapporté, mais un isolement complet a permis d’éviter toute autre contamination. Il faut aussi rappeler que ces populations ont malheureusement  une expérience répétée des épidémies et sont donc habituées à se protéger, n’ont pas l’habitude des contacts physiques et n’attendent pas d’aides pour se munir de masques.

    En ce qui concerne la sécurité, les agressions dans cette région, ont plus souvent un caractère crapuleux que terroriste. Leur nombre, hélas, ne faiblit pas.

    Situation au C.G.N.

    En ce qui concerne les élèves du cycle précédent (2017-2019), compte-tenu de la situation internationale, nous n’avons pas pu les rencontrer et participer à leur cérémonie de départ comme nous l’avions fait pour les 4 promotions précédentes. Nous avons donc confié au directeur du CGN la charge de distribuer le matériel et les zébus. Pour améliorer grandement le fonctionnement du centre et éviter une rupture dans l’entretien des terres agricoles, les élèves sont restés jusqu’au mois de mars, date de l’arrivée des suivants. Hélas cette année, et par précaution «Covid», la rentrée des suivants a été repoussée au 1er juin. Ce report a eu pour autre conséquence le désistement de 7 couples qui, dans l’incertitude avaient commencé des cultures chez eux. Espérons qu’un rythme normal reprendra pour la prochaine promotion !

    Situation à Agritech

    Le centre Agritech qui a été inauguré en 2017 est maintenant bien organisé, il reste à faire des locaux pour rendre la vie des élèves un peu plus confortable et surtout pour pouvoir accueillir des filles.

    Comme souvent en Afrique, des événements imprévisibles viennent contrarier ou retarder les projets ; cette année, le climat était peu favorable au rendement des cultures, et un feu de brousse a détruit 17 ruches. Le miel est une ressource importante qui est en train d’être mise en valeur dans les régions du Burkina, aptes à l’apiculture.

    Deux élèves d’Agritech sont formés à l’apiculture dans une unité spécialisée.

    Au CGN :

    Les 25 couples ayant reçu une formation de 2017 à 2020 ont reçu leurs « kits » de départ (17 000 €)

    Le projet « pompe immergée » a été terminé en 2019 (6 500 €)

    Suite aux résultats positifs de l’installation d’un « goutte à goutte » expérimental en 2019, nous avons répondu favorablement à la demande d’une subvention en 2020 pour installer un système qui recouvre la majorité des jardins (2 770 €). Par ailleurs, ceci vient en complément direct de l’installation de la pompe immergée.

    L’autre aide que nous avons pu faire en 2020 consiste au financement de latrines. En effet, depuis la création du centre en 1985, aucunes commodités n’avaient été prévues pour environ 200 personnes. Grâce à notre financement (8 780 €), 10 latrines ont pu être construites en 2020. Ces constructions ont été aussi une opportunité pour apprendre à quelques élèves les bases de la maçonnerie.

    Agritech :

    Fin 2019, nous avons pu fournir aux 9 élèves sortant du centre Agritech de quoi s’installer pour démarrer une activité leur permettant une autosuffisance (3 600€) (3 kits d’installation petit élevage avec 4 ovins, 2 veaux, 1 élevage de porcs, 1 poulailler).

    En 2020 nous avons fourni les fonds nécessaires à la restauration des 17 ruches brûlées, (1 700€). Nous aurons sans doute encore à soutenir quelques élèves d’ici la fin de l’année.

    Projets à venir :

    18 équipements seront à fournir en 2022 pour les couples arrivés cette année.

    Au-delà et en fonction de notre budget, nous répondrons au cas par cas aux demandes du CGN et d’Agritech.

    Le projet le plus urgent pour le CGN est le remplacement du moulin à grains utilisé à la fois par les femmes du centre et les villageoises des environs. Ce moulin permet de soulager énormément le travail des femmes et rapporte un peu d’argent au centre (0,50 €) par sac moulu. Pour Agritech, nous essaierons, si notre budget le permet, de faire en sorte qu’il puisse accélérer la finition du dortoir.

    Nous vous tiendrons au courant de ces projets tout au long de l’année 2021.